Accueil News Yamaha, Retour aux sources, en mieux !

Yamaha, Retour aux sources, en mieux !

photo montrant le vélo Yamaha CrossCore en action

Yamaha, motoriste reconnu dans le monde du VAE, a lancé début 2022 sa stratégie Switch ON. Cela débouche aujourd’hui sur le lancement de nouveaux moyens de transport individuel dont une gamme de vélos à assistance électrique. L’occasion de découvrir les modèles urbains de la gamme avec le Crosscore et le Booster, deux modèles au profil bien différent.

Lorsqu’on parle de Yamaha, on pense immédiatement aux motos et scooters. Les plus connaisseurs penseront peut-être aux motorisations de vélo. Car oui, dans ce domaine, la firme japonaise possède déjà une solide expérience. En effet, dès 2003, elle proposait le premier moteur central livré avec batterie et commande au guidon. Eh oui ! Yamaha fut l’un des premiers groupes à proposer un environnement complet pour VAE.

Un investissement de longue date

Mais saviez-vous que la société fut également une des premières à concevoir un prototype de VAE dès 1989 ? Vous avez bien lu, cela fait 34 ans que Yamaha s’intéresse à cette mobilité. En 1993, elle lançait le premier VAE de série, le PAS, développé en collaboration avec Panasonic mais jamais distribué en Europe. Ce n’est qu’en 1998 que Yamaha lance un VAE dans cette partie du monde. Mais à l’époque, le marché n’est pas prêt. Personne n’envisage alors de débourser 10 000 Francs, soit 1500€, pour ce drôle de vélo. Aujourd’hui, un tel prix ferait rêver de nombreux acheteurs…

Yamaha propose une gamme complète de VAE

Vous le constatez, l’histoire de Yamaha dans l’univers du VAE ne date pas d’hier. Difficile dans ces conditions de parler d’opportunisme lorsque la firme nipponne annonce l’arrivée de nouveaux vélos en marque propre en Europe. Nous sommes dans la continuité d’une histoire débutée il y a plus de 30 ans. Cela répond à la volonté de la marque de décarboner la mobilité et d’offrir à chaque personne le bon produit pour le bon déplacement.

Développée de manière holistique avec les unités d’entraînement de la série PW, cette gamme de VAE couvre toutes les pratiques. Le Moro pour le VTT, le Wabash, un vélo typé gravel pour les loisirs et la mobilité, le CrossCore pour le quotidien et le Booster pour des trajets fun et efficaces. Celui-ci, avec son look décalé et son cadre robuste, est disponible en version e-bike et en version S-Pedelec. Pour City Ride, nous nous sommes particulièrement intéressés au CrossCore RC et à l’Easy, la version E-Bike du Booster.

Caractéristiques CrossCore
Cadre
: aluminium
Fourche : SR Suntour NEX E-25, 63 mm
Transmission : Shimano Altus, 9 vitesses
Freins : disques hydrauliques Shimano BR-MT 200
Selle : Velo
Pneus : CST, 27.5×2.00”
Moteur : Yamaha PW-ST
Batterie : Yamaha ML 500 Wh
Poids : 23,9 kg
Prix : 2 799 €

CrossCore RC pour les trajets quotidiens

Ce vélo, caractérisé par un cadre aux lignes fluides développé par Yamaha, allie confort, efficacité et accessibilité. Cette dernière caractéristique passe en premier lieu par un prix. Et sur ce plan, le CrossCore RC se positionne très bien face à la concurrence avec un prix de 2799 €. En revanche, petit bémol concernant le cadre. Celui-ci est certes disponible en trois tailles, mais le tube supérieur pourrait bien en limiter l’accès à certaines personnes. Mais chez Yamaha, pouvait-on vraiment se départir d’un ADN orienté sport ? La réponse est clairement non comme le prouvent le design du CrossCore mais aussi l’absence de série de certains équipements pourtant indispensables en ville. Ainsi, le CrossCore est livré sans garde-boues ni porte-bagages. Mais un pack est proposé, sans trop gonfler le prix, pour que le vélo puisse être équipé par les revendeurs.

Technologie haut de gamme

On note également l’absence d’éclairage intégré. Nous sommes ici en présence de produits qu’il faudra recharger. Une petite déception, mais avec un vélo à 2799 €, difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre. D’autant plus que pour le reste, le CrossCore RC présente bien avec sa fourche suspendue, ses roues de 27.5’’ chaussées de pneus en 2.0 de large, ses freins à disque et ses 4 ergots permettant de positionner sur le cadre un antivol et un porte-bidon par exemple. Mais naturellement, c’est au niveau de la motorisation que le CroosCore RC marque sa différence face à la concurrence. Il est équipé de l’unité d’entraînement PW-ST, un moteur considéré comme l’un des plus silencieux et des plus réactifs avec ses
70 Nm de couple maximal. De plus, il bénéficie de la technologie haut de gamme Zéro Cadence de Yamaha ainsi que du mode d’assistance automatique avec capteur d’inclinaison. Cela rend le pédalage plus fluide, plus facile et plus agréable. De fait, à l’usage, le vélo se révèle très agréable à piloter. Il est réactif, vif et facile à manier. Et il nous a clairement surpris par son confort sur les pavés parisiens.

Booster Easy, du fun et du confort XXL

Bien sûr le confort du CrossCore paraîtra bien rustique au regard de celui ressenti au guidon du Booster Easy. Il faut dire qu’avec ses pneus de 20×4.00, il n’a aucun concurrent dans ce domaine. Tous les défauts sont absorbés avec une aisance incroyable. Mais attention parfois à l’effet rebond ! Bien sûr, qui dit gros pneus dit également perte de rendement. Mais qu’importe, le Booster, dont le cadre a été développé en collaboration avec les équipes italiennes de Fantic, n’est pas conçu pour la performance. Avec ce vélo, chez Yamaha, on veut avant tout proposer un vélo fun, au design décalé, compact et facile à prendre en main.

Moteur puissant et transmission Enviolo

Et de ce point de vue, le défi est parfaitement relevé. Pour emmener un tel engin, on peut compter sur la motorisation PWseries S2, qui offre jusqu’à 75 Nm de couple. Il est alimenté par une grosse batterie de 630 Wh et couplé à une transmission Enviolo. Sur le Booster Easy, les feux sont intégrés au vélo et alimentés par la batterie. On trouve également un porte-bagages à l’arrière. Il est susceptible de recevoir de nombreux accessoires comme un panier avant ou des sacoches à l’arrière.

Pour le plaisir comme le disait si bien Herbert

A son guidon, la position est très droite. La géométrie est telle que l’on pose facilement les pieds au sol à l’arrêt pour stabiliser le vélo. On est agréablement surpris par l’agilité et la maniabilité du Booster en dépit de ses 35 kg. En revanche dans les ascensions ils se font ressentir malgré la puissance de l’assistance. Mais sur du plat, étonnamment le Booster se laisse assez facilement emmener au-delà des 25 km/h. Mais soyons francs, on ne pédalerait pas ainsi pendant des heures. Et cela tombe bien car ce n’est en aucun cas la finalité de ce vélo qui tend plus vers la balade et le plaisir.

BOOSTER EASY

Cadre : aluminium alvéolé
Fourche : Zoom, 80 mm
Freins : Promax DSK-925, 180 mm
Transmission : Enviolo Twist Pure
Selle : Selle Royal Orbis
Moteur : Yamaha PWseries S2
Batterie : Yamaha, 630 Wh, 36V/17,5 Ah
Poids : 35 kg

Le Booster S-Pedelec, pour les nostalgiques du scooter

Comme nous vous l’avons signalé plus haut, le Booster est disponible en version S-Pedelec avec une assistance jusqu’à 45 km/h. Il reprend la plupart des caractéristiques de l’Easy à l’exception de sa transmission Enviolo Heavy Duty. Mais il reçoit en plus les indispensables liés à son appartenance à la catégorie des vélomoteurs. Il reçoit donc un klaxon, un feu stop à l’arrière, un rétroviseur et un emplacement pour la plaque d’immatriculation. Les adeptes de la marque Yamaha auront sans doute remarqué que ce vélo porte le même nom que le premier scooter Yamaha arrivé en France !

Distribution

Les vélos Yamaha sont disponibles via une plateforme de commerce mais aussi dans le réseau de la marque chez les détaillants positionnés comme E-Bike Center. Il y en a actuellement 85 dans toute la France. Ils possèdent tous un parc complet de vélos de test. Il est donc possible de réserver son essai, via le site Yamaha, dans le E-Bike Center le plus proche de chez soi. Par ailleurs, profitant de la force de son réseau, Yamaha est à même de proposer un service après-vente de haute qualité. Ainsi, en cas de pépin ou un simple changement de pneu, le client peut retourner chez son revendeur

Article précédentCity Ride 63
Article suivantFlyer Bikes licencie