Accueil Nos essais Shiftbikes 2 simple et efficace

Shiftbikes 2 simple et efficace

Velo Shiftbikes 2 en action dans les rues de la ville

Il y a trois ans nous vous présentions le Shift 1. C’était un vélo urbain, au cadre ouvert, caractérisé par une grande simplicité d’usage. La marque francilienne créée par François Jacquet revient en 2024 avec une version 2 au profil plus sport. Nous avons pu le tester en avant-première et voici notre verdict.

Se réinventer sans rien renier de sa jeunesse. Tel fut le credo de François Jacquet lorsqu’il a commencé à travailler sur une version 2 de son vélo Shift. Pas question pour lui de partir dans des conceptions extravagantes. Il fait fi des accessoires dernier cri et de la connectivité à tout va. Sa priorité, la fiabilité ! Et puis le marché des vélos connectés est déjà bien occupé. Non François Jacquet entend rester dans la simplicité d’usage et sur une tarification raisonnable. « A-t-on vraiment besoin d’un vélo à 4000 euros pour parcourir 10 km par jour ? » s’interroge-t-il.

Shiftbikes 2 de profil suer le parvis de la BNF François Mitterand

Une géométrie plus dynamique

En revanche, il a entendu les remarques de ses clients. Ces derniers ont émis le souhait de rouler sur un vélo au look plus sportif et au comportement plus dynamique. En concevant le Shift 2 il répond donc à ces demandes. De fait, les designs des deux modèles de la marque sont très différents. Avec son cadre haut et sa géométrie revisitée, ce nouveau vélo célèbre la sportivité et le dynamisme. D’ailleurs la position de pilotage est plus portée sur l’avant que sur le Shift 1.

Mais pas sportif de l’extrême pour autant

Mais rassurez-vous, on n’a pas la tête dans le guidon pour autant. Ce n’est pas la philosophie d’un vélo développé pour le vélotaf. Car telle est bien la clientèle visée par le Shift 2. On retrouve donc sur cette version le guidon présent sur le premier modèle de la marque. Le guidon revient vers l’intérieur et permet au cycliste de relever le torse. Il conserve ainsi une bonne visibilité de son environnement. Essentiel en usage urbain !

Une géométrie qui ne convient pas à tout le monde

Néanmoins, si la refonte de la géométrie du Shiftbike donne naissance à un vélo plus sportif et dynamique, elle pose cependant un problème. Pour le test, j’ai du faire un choix au niveau de la hauteur de selle. Première option, le confort et l’efficacité du pédalage avec des jambes relativement tendues. Mais dans ce cas je ne touche plus le sol à l’arrêt ! Deuxième option, la stabilité en abaissant la selle jusqu’à poser la pointe du pied au sol. Mais je me retrouve à pédaler en crapaud. Pas terrible en matière d’ergonomie et d’efficacité !

Les limites de la taille unique

Le passage vers de roues de 27.5’’ en lieu et place des 26’’ qui équipaient Shift 1 n’est sans doute pas étranger à ce phénomène. D’autant plus que le vélo n’existe qu’en une seule taille. Il est donc conçu pour s’adapter au plus grand nombre mais il ne convient pas à tout le monde. Loin de là en fait, puisque la fiche technique annonce entre 1,70 et 1,90 m. Mesurant moi-même 1,69 m je dirai plutôt que le Shift 2 offrira une bonne position entre 1,75 et 1,90/95 m. Cependant, ce « défaut » peut être compenser par l’installation d’une tige de selle télescopique. Cette dernière, en s’élevant ou s’abaissant en fonction des besoins via une gâchette permet de combiner position et stabilité. Mais cela entraîne une hausse du prix de vente.

Une motorisation plaisante

C’est vraiment dommage ! Car pour le reste, tant pour le dynamisme, le confort et la simplicité, le Shift 2 tient toutes ses promesses. Le moteur roue arrière de 45 Nm se révèle particulièrement efficient. A peine un quart de tour de pédalier et il entre en action. En fonction de la configuration du terrain, le cycliste joue avec les modes d’assistance pour profiter pleinement de toute la puissance du moteur. Une batterie de 460 Wh intégrée dans le tube diagonal, alimente le moteur. Pour la recharger à domicile, elle se retire par le haut.

Transmission courroie

Notons que contrairement au premier modèle de la gamme, le Shift 2 bénéficie d’une transmission par courroie. Cela limite les opérations d’entretien, les risques de déraillement et les bruits parasites. Avec cette courroie, point de vitesse. Nous sommes sur un pignon unique. Aussi, quand l’itinéraire présente du dénivelé, il faut jouer avec les différents niveaux d’assistance. La commande placée à gauche du guidon est pour cela très facile à utiliser. Elle propose également un écran minimaliste permettant de s’informer sur le niveau de charge de la batterie, le mode d’assistance et la vitesse instantanée.

Un équipement tourné vers le vélotaf

François Jacquet ayant conçu le Shift 2 pour le vélotaf avant tout, le vélo reçoit un équipement complet. Il est donc équipé de porte-bagages bien couvrants et d’un porte-bagages sur lequel on peut fixer sacoches et siège enfant. On trouve aussi un éclairage efficace sur l’avant et deux sur l’arrière. « Je voulais juste installer le petit intégré au garde-boue » explique François. Mais pour des raisons de norme il a du en installer un autre au niveau du porte-bagages. Ils sont tous connectés à la batterie pour leur fonctionnement. Enfin, le Shift 2 reçoit un antivol Axa. C’est toujours très pratique pour les arrêts minutes. Et si le vélo doit rester dehors, c’est une sécurité en plus !

Pas de suspension et alors ?

En revanche, sans doute l’avez vous constatez sur les photos, le Shift 2 n’intègre pas de suspension. Mais rassurez-vous, grâce à la présence des pneus en section 2.0 on s’en passe très bien. En effet, le roulage sur les pavés des Champs Elysée n’a pas posé le moindre problème de confort. Ils filtrent vraiment bien les aspérités du sol. Une très bonne surprise. La qualité de la selle mais aussi des poignées jouent également un rôle important dans ce confort. Bien sûr, le choix de faire l’impasse sur les suspensions permet de plus de gagner quelques grammes sur la balance. De fait, avec ses 23,3 kilos, le Shift 2 se situe dans la fourchette basse des VAE. Et le poids, c’est important sur un vélo électrique en ce qui concerne la maniabilité.

De bonnes sensations

De ce point de vue là aussi, le Shift 2 se révèle très agréable à rouler. A faible allure, il demeure bien stable. Plus vite, il réagit rapidement aux commandes du cycliste. Les roues de 27.5 » offrent un bon compromis entre la stabilité et le dynamisme. Bilan, on prend un réel plaisir à la rouler au quotidien sur un vélo qui répond pleinement à l’objectif fixé : rendre les trajets du quotidien confortable, efficaces et sereins, à un prix très abordables. De plus, et il est bon de la rappeler, ce vélo est conçu et assemblé en France à la Manufacture Française du Cycle près de Nantes.

Ouverture de précommandes

Le Shift 2 sera vendu, à partir du mois de mars 2024, au prix de 2290. Mais les précommandes sont ouvertes avec un tarif préférentiel de 1990 €. Sachez qu’il est possible, avant de vous lancez, d’essayer ce nouveau vélo. Les créneaux sont réservables sur le site de la marque.

Article précédentCity Ride 64 hors-série 2023
Article suivantThok Mig e-S, un VTT repensé pour l’urbain