Accueil News Brumaire Cycles

Brumaire Cycles

Un homme et une femme debout derrière un longtail Brumaire Nebula stationné de profil

Brumaire Nebula, un longtail Low tech et durable

Créée par Emile Sautet et Stanislas Soulié, la société Brumaire Cycles lance son tout premier vélo à assistance électrique, le Brumaire Nebula. Né après un an et demi de recherche et trois prototypes, ce longtail entend simplifier la mobilité quotidienne des familles. Mais d’où viennent-ils et quelles sont les spécificités du Nebula ? Suivez-nous, on vous dit tout.

Il y a quelques semaines, je reçois un message via la plateforme Wordpress de notre site cityride.fr. On me parle du vélo Brumaire Nebula, un longtail. En lisant le message, je dois reconnaître ma lacune : je n’ai jamais entendu parler de Brumaire. Une erreur de veille, j’enrage. Je prends donc rendez-vous avec Emile Sautet, cofondateur de la marque afin d’en apprendre un peu plus sur Brumaire et son longtail.

Brumaire, une société rompue à la mobilité douce

De fait, les deux amis d’enfance ne sont pas des inconnus sur le marché de la mobilité douce. Mais jusqu’à présent, ils faisaient plutôt dans le scooter électrique. Après trois années de succès avec leurs scooters Brumaire, ils décident de partir sur le vélo. Mais le marché est concurrentiel. Il leur faut donc trouver la formule qui leur permettra de se démarquer de la concurrence. Car aujourd’hui, toutes les grandes marques de vélo possèdent au moins un longtail à leur catalogue. 

Homme sur le vélo Brumaire Nebula

Le longtail, un marché concurrentiel

Il faut dire que ce type de vélo, avec un porte-bagage allongé possède de nombreux atouts. Il autorise le transport de deux, voire trois enfants. De plus, il se conduit avec la facilité d’un vélo classique. Avec ce type de vélo, les familles urbaines peuvent sans problème se dispenser de voiture et par là même réaliser de sérieuses économies.

Ne pas avoir peur du low-tech

Aussi, pour séduire cette clientèle et se démarquer de la concurrence, Emile et Stanislas reprennent la formule utilisée avec les scooters. « On propose un vélo Low-Tech », explique Emile. « On ne veut pas de connexion, de GPS intégré, ou tout autre chose qui gonfle la note et sujet à problème technique. Notre objectif est de rendre la mobilité électrique accessible à tous et fiable. » En revanche, sur la partie vélo, il n’est pas question de mégoter. Certes, Emile et Stanislas ne se lancent pas dans de la R&D en direct. Ils s’appuient sur des partenaires fiables avec qui ils travaillent depuis plusieurs années. Mais ce qui doit faire la différence sur leurs concurrents, « principalement Gaya et Decathlon », c’est la présence d’un moteur central avec capteur de couple.

Un développement collaboratif

Concevoir le Brumaire Nebula a nécessité un an et demi de travail. « Nous avons tâtonné pour trouver le meilleur ensemble », explique Emile Sautet. « Nous avons conçu trois prototypes : le premier, c’est nous qui l’avons testé. Ensuite, nous avons confié le 2e prototype à 50 utilisateurs. Ces derniers nous ont fait part de leur remarque, de leur demande, de leurs envies et besoins. » À partir de ces retours, Emile et Stanislas ont élaboré le 3e et dernier prototype. « C’est lui qui est commercialisé depuis la fin du mois de décembre.« 

Des évolutions pour répondre aux attentes

De nombreuses évolutions ont été apportées sur le Nebula au gré des différentes versions. « Pour que le vélo résiste à la charge, nous avons remplacé le premier dérailleur, qui a rapidement donné des signes de faiblesse, par un Shimano. Au niveau des freins, nous avons finalement opté pour des disques hydrauliques plus efficaces sur ce type de vélo. Nous avons également ajouté un tendeur de chaîne et augmenté la capacité de la batterie. Une motorisation centrale avec capteur de couple a remplacé le moteur roue arrière initial. Nous avons également choisi de monter des pneus anticrevaison et une béquille plus évasée. » A la suite de toutes ces modifications, le Nebula a été mis en vente au prix de 2690 €.

Assemblage au Portugal et distribution directe

À ce prix, vous le devinez, le vélo n’est pas fabriqué, ni même assemblé en France. « Pour un lancement, c’était trop risqué pour nous. Mais au même titre que Gaya Bike, nous espérons dans le futur rapatrier l’assemblage chez nous. » Mais en attendant, c’est au Portugal que le Nebula est assemblé. Toujours dans une optique de réduction des coûts, Emile Sautet et Stanislas Soulié ont opté pour la distribution directe. « Néanmoins, les clients qui le souhaitent peuvent tester le vélo avant de l’acheter » précise Emile.

femme installant deux enfant à l'arrière d'un longtail Brumaire Nebula

Des tests à domicile

En effet, l’entreprise a des représentants dans 5 villes de France. Il est donc possible de réserver son essai à domicile afin d’essayer le vélo en condition réelle d’usage… Enfants compris ! « C’est une phase importante« , reconnaît Emile. C’est la raison pour laquelle il entend étendre ce réseau de représentants. Mais il avoue également son étonnement. « Sur les 500 premières commandes, 25 à 30% viennent de clients étrangers qui n’ont pas testé le vélo« .

Importance du service client

Si le prix de vente peut contribuer au succès, il n’est rien sans un service client digne de ce nom. «Outre les essais préalables, nous permettons à nos clients de payer de 9 manières différentes (location, crédit, comptant…). Par ailleurs, une fois la commande passée, le vélo est livré chez un partenaire. Il se charge du montage et du brief de présentation au client. Ces mêmes partenaires pourront prendre en charge l’entretien et le SAV des vélos. Pour ce dernier, nous travaillons également avec Repair and Run, Cyclofix et Doc Biker. Enfin, nous avons un important stock de pièces détachées à Caen. Cela permet de répondre rapidement aux demandes de nos partenaires. Objectif, éviter l’immobilisation du vélo en cas de problème. »

De nouveaux vélos à venir

Dans les mois à venir, l’équipe de Brumaire va se concentrer sur la commercialisation de ce premier longtail. Mais Emile Sautet nous l’annonce d’ores et déjà, d’autres vélos arriveront dans l’avenir. « Nous n’envisageons pas de développer une gamme pléthorique. Mais nous aimerions à terme, proposer en plus un vélo de ville et un vélo sportif. Ces derniers conserveront la philosophie du Nebula : « low-tech et durabilité. »

Article précédentVelhome lance une carte interactive contre le vol de vélo
Article suivantCannondale Tesoro Neo X2 Step Thru