Accueil Business Entreprise Beau Vélo

Entreprise Beau Vélo

Donnez du style à votre monture

Créée en 2012 à Nîmes par Adrien Bombal, l’entreprise Beau Vélo propose des habillages en cuir naturel pour les vélos. Poignées, selles, serre pantalons… Adrien propose toutes sortes d’accessoires qui rendent votre monture unique. Rencontre avec ce passionné de vélo et de belles choses.

Allier créativité, élégance et mobilité

La vie n’est pas un long fleuve tranquille et ce n’est pas Adrien Bombal qui vous dira le contraire. Après une première année de médecine, il a besoin de réfléchir à son avenir. Il fait un break et part en Australie. Là-bas, de l’autre côté de la terre, il prend conscience de l’importance du rayonnement de la culture française à l’étranger. De retour en France, ce passionné de vélos anciens (il roule sur un Motobécane et un vieux Peugeot de course), installé à Nîmes, sait enfin quelle orientation professionnelle il veut prendre. Il souhaite développer une activité qui allie créativité, élégance et mobilité, marier l’univers de la mode à celui du vélo.

De la haute couture pour vélo

Il envisage dans un premier temps d’exporter de beaux vélos de marque française en Australie, « les habitants de ce pays étant fans des produits français. » Mais finalement, c’est de ses mains qu’il va travailler ! L’idée lui vient alors d’habiller les vélos, de les rendre uniques avec des pièces de cuir de qualité. « Le vélo prend une place de plus en plus importante dans nos vies. Autant leur donner une personnalité » raconte Adrien. Son rêve dans les années futures, organiser un défilé de mode au cours duquel ce sont des vélos habillés de cuir et de tissus provençaux qui se présenteraient sur l’estrade. Mais nous n’en sommes pas encore là !

Le Made in France à prix abordable

Aujourd’hui, Adrien cherche avant tout à développer sa structure. C’est donc en mars 2013, après une année de réflexion et de tests, qu’il crée sa société Beau Vélo. Lorsqu’elle se lance, la société possède un produit phare, les poignées en cuir « made in France et fabriquées à la main dans la plus pure tradition de la haute couture française » nous dit Adrien. Mais attention, pas question pour lui de proposer ses produits dans des gammes de prix stratosphériques. « Le vélo est quelque chose de populaire et je veux que mes produits soient accessibles au plus grand nombre » insiste-t-il. Il suffit de regarder les prix de vente sur Internet pour comprendre que le Nîmois tient parole. 50 € la paire de poignées, 99 € la selle en cuir… Pour du made in France, c’est inespéré ! Un pari financier compliqué pour une jeune start-up mais qui lui tient à cœur.

Coup de cœur suédois pour Beau Vélo

Après avoir développé ses premiers prototypes, il part avec son bâton de pèlerin pour se faire connaître. Il va jusque dans le nord de l’Europe, en Suède, présenter ses produits. Et c’est là à Stockholm qu’il signe son premier gros contrat avec la marque de vélos vintage Bikeid. Anders, le patron de la marque, tombe sous le charme des poignées de cuir, lacées avec du fil poissé et fermées avec des petits bouchons de liège. Il en commande 2000 paires d’un coup pour les monter sur sa future production. L’affaire est lancée.

Profiter du savoir-faire régional

Adrien crée alors les produits et se fournit en cuir auprès de tanneries françaises utilisant un procédé de tannage 100% végétal. Mais le jeune entrepreneur n’est pas maroquinier, même si au fil des années il a appris à travailler le cuir. Aussi, pour l’étape de fabrication, il emmène le tout dans un atelier de maroquinerie à Bergerac habitué à travailler le cuir en marque blanche. « Je leur apporte mon prototype, mon logo, le cuir et il fabrique mes produits avec un vrai savoir-faire à la française. »

Une gamme diversifiée

Pour vivre de sa production, le jeune Nîmois diversifie sa gamme. Il propose donc des habillages de cadre en cuir associés à des tissus aux imprimés provençaux, les racines d’Adrien. On trouve également dans les produits Beau Vélo des sacoches de vélo, des porte-bouteilles, des serre-pantalons, des selles dont la coque est fabriquée dans un atelier artisanal vietnamien…

Une rencontre qui compte

Puis en 2014, Adrien Bombal rencontre Christophe Berti. Installé à Nîmes, ce sellier maroquinier, formé à l’école Hermès, tombe sous le charme du travail réalisé par le jeune entrepreneur. Ils décident alors tous les deux de réaliser un vélo haute couture d’exception, le vélo prestige. « Pour habiller ce vélo, ce ne sont pas moins de 300 heures de travail qui ont été nécessaires. Mais le résultat est incroyable ! Ce vélo constitue une excellente carte de visite. » Pour Adrien, un tel travail trouverait légitimement sa place dans des hôtels de luxe. Tout de cuir vêtus avec le logo de l’hôtel, de tels vélos pourraient être mis à la disposition des clients. Ce travail lui a d’ailleurs ouvert les portes du Bon Marché, à Paris, au moment des fêtes de fin d’année en 2016 et 2017.

Article précédentPlan vélo dans les Yvelines
Article suivantUlygo lance une assurance complémentaire vélo