Accueil Nos essais Essai vélo-cargo Oklö Evo Longtail

Essai vélo-cargo Oklö Evo Longtail

vélo Oklo Evo LT avec jeune femme dessus

Doué de polyvalence

2019, Oklö, société française basée à Annecy lance son premier vélo-cargo, inspiré des vélos de La Poste. Fin 2022, l’entreprise revient avec un nouveau modèle de vélo-cargo, l’Oklö Evo disponible en version longue ou courte. Nous avons pu tester la version LT voici notre verdict.

Ceux qui suivent la marque depuis ses débuts s’interrogeront nécessairement sur les évolutions intervenues sur ce nouveau modèle tant il ressemble à son prédécesseur. Mais avouons-le, il eut été dommage de toucher à ce design qui fait la marque. Quand on aperçoit un vélo-cargo de la marque, on sait que c’est un Oklö sans risque de le confondre avec un concurrent. Et l’air de rien, c’est satisfaisant de rouler sur un vélo qui ne ressemble pas à tous les autres !

24 pouces pour la maniabilité

Mais l’Evo d’Oklö ce n’est pas uniquement un style. C’est aussi une qualité de fabrication et des choix techniques tous justifiés. Il en va ainsi de l’utilisation des roues de 24 pouces. Alors que la plupart des concurrents proposant des longtails adoptent des roues de 20 pouces ou un mix 24/20 pour abaisser le centre de gravité afin de privilégier la stabilité, chez Oklö on a cherché le meilleur compromis entre la maniabilité, le rendement et la stabilité. Cette caractéristique était déjà présente sur le premier modèle de la Scop annécienne et cela a semble-t-il su séduire les clients.

Mais un centre de gravité plus haut

Pour preuve des chiffres de vente en constante augmentation passant de 150 en 2021 à 236 en 2022. Et pour 2023, la société mise sur 335 vélos vendus. Donc aucune raison de modifier un choix gagnant ! Néanmoins, de notre côté, nous émettons un petit bémol : En effet, entre les grandes roues et la batterie positionnée relativement haute rehausse le centre de gravité. Les jours de grand vent ce n’est pas neutre pour la stabilité du vélo qui avec son porte-bagages avant et les pare jupe, offre une belle prise au vent. C’est un paramètre à prendre en compte !

Un vélo très long

Autre paramètre à prendre en compte et non des moindres, c’est la longueur du vélo (210 cm) et le porte-à-faux lié au porte-bagages avant. Celui-ci est assez long, 45 cm, et il est fixe. Sa capacité de chargement est incroyable mais il cache la roue avant, ce qui peut dérouter dans un premier temps. De plus dans des espaces restreints (garage à vélo) ou dans la circulation, il est important de bien considérer son encombrement pour éviter d’aller taper. C’est une question d’habitude ! De plus lorsqu’on doit franchir une marche un peu haute (sortie d’un local vélo) et qu’il faut lever la roue avant, la manœuvre est compliquée avec l’encombrement du panier. Heureusement, cela n’arrive pas tous les jours et à tout le monde !

Une capacité de chargement intéressante

Mais reconnaissons-le, ce panier baptisé Coursamax offre une alternative très intéressante aux sacoches. On peut y mettre vraiment beaucoup de choses, dans la limite de 20 kilos autorisés. Mais surtout, on peut les accrocher grâce à trois bandes velcro. Il y a même des petites poches sur le côté pour y glisser le goûter des enfants ou un appareil photo jetable. Ajoutez à cela le porte-bagages arrière en version longue (60 cm) pour une capacité de chargement de 60 kg et on comprend vite que cet Evo LT possède tous les arguments pour remplacer la deuxième voiture.

Finition et équipement de qualité

Mais revenons à notre Oklö Evo LT. Le cadre bas pour un enjambement facilité, est en acier Cr-Mo, matériau choisit pour sa robustesse et de rigidité. Pour compenser cette dernière, les concepteurs ont eu la bonne idée de monter une fourche suspendue et des pneus Schwalbe Big Ben Plus en section de 2.15’’. Les finitions sont propres, le chic à la française ! Le freinage revient quant à lui à des disques hydrauliques Magura MT sport en 180 mm de diamètre. C’est très efficace et c’est tant mieux car il faut pouvoir stopper le vélo. Celui-ci, sans option est annoncé à 33 kilos. Ajoutez à cela les différentes options installées sur notre modèle de test et on doit s’approcher des 36 kilos… à vide. Notre balance ne monte pas aussi haut et surtout elle n’est pas très pratique pour soulever un tel mastodonte !

Accessoires

On note également la présence d’une grande bavette sur le bas du garde-boue avant. Elle est très efficace contre les projections pour conserver ses chaussures immaculées. Petite étrangeté, la béquille centrale, très stable, se plie vers l’avant. Il faut donc reculer le vélo et non pas l’avancer pour descendre le vélo. C’est un coup de main à prendre. Mais cela peut également occasionner un problème au moment du pédalage. En fonction de la position du pied sur la pédale, il arrive que celui-ci vienne buter sur la béquille. Finissons en soulignant que notre vélo de test possédait un antivol bloquant la roue arrière. Malheureusement, celui-ci est en option ce qui est plutôt dommage pour un vélo à usage urbain. Et là encore, il arrive que le pied tape dans la clé qui reste fixe. Les utilisateurs qui chaussent du 42 fillettes risquent fort d’être un peu gênés. Bien sûr, on peut choisir de la retirer. Mais il faut alors la chercher dans son sac à chaque arrêt ce qui perd un peu de l’intérêt de ce type d’antivol pour les arrêts minutes. C’est au choix de chaque utilisateur.

La motorisation Bafang est surprenante d’efficacité. Elle est parfaitement adaptée à ce vélo-cargo Oklö

Motorisation Bafang

L’Evo LT est équipé d’une motorisation centrale Bafang M410 délivrant un couple maximal de 80 Nm. Il est alimenté par une batterie Lithium Ion d’une capacité de 602 Wh et fonctionne sur 5 niveaux d’assistance (sans compter le 0, niveau que nous n’avons pas utilisé). Pour contrôler tout cela, il y a une commande positionnée à côté de la poignée gauche. Elle compte 5 boutons : ON/Off, + et – pour changer de niveau, un bouton pour l’allumage des phares et un dernier noté « i » pour faire défiler les données du trajet telles que la vitesse instantanée, les kilomètres de la sortie, totaux, l’autonomie… Petit hic, avec les gros gants d’hiver, c’est un peu compliqué d’être précis en les manipulant. Toutes les données sont affichées sur le grand écran central rétro éclairé dès que la luminosité baisse. Dans cette condition, on note également l’allumage automatique des phares.

Des relances un peu (trop) présentes

Disons-le tout de suite, ce moteur est très efficace. Couplé avec la transmission Alfine 8, il ne nous laisse jamais en rade sur une reprise après un arrêt à un feu, à condition d’avoir anticipé le choix du rapport. Bonne nouvelle pour les étourdis, cela peut se faire à l’arrêt ! Même en charge ça démarre efficacement sans pour autant désarçonner. Sur du plat, les modes 1 et 2 s’avèrent suffisants. Une fois le vélo lancé, lorsqu’il est vide, on peut très bien l’emmener en coupant l’assistance. C’est tout l’avantage des roues de 24 pouces en matière de rendement. Dès que ça monte on n’hésite pas à monter dans les niveaux d’assistance. Néanmoins, lorsqu’on plafonne aux alentours de 25 km/h, le moteur ne sait plus très bien s’il doit nous assister ou pas. Bilan, il coupe et relance en permanence et ce n’est pas très agréable. Il convient donc de rester en dessous de la vitesse limite pour ne pas subir ce petit désagrément. Si vous êtes très en jambe, rien ne vous interdit de vous positionner au-dessus de cette limite !

Vélo-cargo Oklö Evo LT de profil
Sur la photo de profil du vélo-cargo Oklö, on prend conscience du porte-à-faux du porte-bagages avant. Il faut le prendre en compte dans toutes les manœuvres

Verdict

Finalement, l’Oklö Evo LT nous a bien plu. En selle, la position de pilotage est confortable. Le vélo se prend bien en main malgré son poids et surtout même chargé il demeure maniable. Finalement, ce qu’il n’aime pas trop ce sont les petits espaces, un peu comme un géant dans une maison de poupée. Aussi, à son guidon, on ne cherche pas vraiment à gagner des places dans les files de voitures. On reste sagement sur les pistes cyclable et on profite. Car finalement ne l’oublions pas, cet Oklo, mi-cargo, mi-longtail est un vélo prévu pour se déplacer en famille et il n’est pas question de prendre des risques inutiles.

L’avis de la rédac’

  • On aime : Le look facteur, la capacité de charge, la stabilité et le rendement, bonne dynamique du moteur
  • On regrette : Repose-pieds très petit, positionnement de la béquille

Caractéristiques

  • Cadre : acier
  • Fourche : RST, 50 mm
  • Transmission : Shimano Alfine, 8 vitesses
  • Freins : disques hydrauliques Magura MT Sport, 180 mm
  • Pneus : Schwalbe Big Apple, 24 »x2.15
  • Selle : Ergotec Comfort
  • Éclairage :Trelock Bike i-Airflow, 70 Lux; Axa Blueline
  • Moteur : Bafang M410, 80 Nm de couple
  • Batterie : Li-Ion, 43 V, 14 Ah
  • Autonomie : 80 km
  • Temps de charge : 5 heures
  • www.oklo.bike
Article précédentAnjou Vélo Vintage (AVV), ouvertures des inscriptions
Article suivantLes salariés plébiscitent le VAE