Dossier

7 conseils pour réussir sa première itinérance à vélo

By  | 

Que ce soit pour des questions de coût, des considérations écologiques ou tout simplement l’envie de découvrir la France autrement en prenant son temps, les vacances à vélo ont le vent en poupe. Et vous, êtes-vous prêt à franchir le pas ? La rédaction vous livre ses conseils pour réussir votre première itinérance.

1 – Le choix de l’itinéraire

Il existe une multitude d’itinéraires aménagés pour parcourir la France de long en large. Véloscénie, Avenue Verte London-Paris, Scandibérique, Loire à vélo, Vélomaritime, Tour de la Creuse… on recense plus
de 40 parcours balisés en France que l’on peut, en fonction de leur longueur, parcourir par tronçons ou dans leur globalité. Tout cela dépend du temps dont on dispose. Si certains longent les côtes avec de nombreux accès aux plages (idéal lorsqu’on voyage avec des enfants), d’autres vous emmènent à la découverte du centre de la France et des paysages frontaliers avec des dénivelés souvent plus importants. Aussi, au moment de choisir votre destination, adaptez le parcours à votre niveau physique. Enchaîner les ascensions lorsqu’on mène une vie sédentaire ne paraît pas très judicieux. Mieux vaut alors opter pour des itinéraires plats. Par ailleurs, avec des enfants, optez pour des parcours aménagés avec un maximum de voies dédiées et protégées.

2 – Et les périples organisés ?

Vous plonger dans les cartes et les guides pour composer votre itinéraire ne vous amuse pas du tout et pourtant, vous avez envie de tester les vacances à vélo ? Il existe de très nombreux prestataires prêts à composer pour vous le périple de vos rêves. Nombre de jours, difficulté, type d’hébergement… ils vous composent le voyage. Il ne vous reste plus qu’à monter en selle et à suivre via un roadbook ou une trace GPS l’itinéraire. Vous pouvez même souscrire à l’option transport de bagages pour voyager léger ! Cela est certes un peu plus cher, mais c’est une bonne façon de se lancer dans l’itinérance !

3 – Longueur des étapes

Tout est question de motivation, de condition physique et de public concerné. Si vous voyagez en famille, ne dépassez pas les 30 à 40 km et surtout, proposez des pauses régulières lorsqu’il y a une aire de jeu, un château à visiter ou un marchand de glace. Après tout, vous n’êtes pas pressés, profitez de l’environnement. Si vous partez avec un groupe d’adultes, il est important de se baser sur le niveau du plus faible tant pour la distance que pour le dénivelé. Pour être cool, fixez vous une moyenne de 10 km/h. Cela laisse le temps de visiter, de se poser et de gérer les erreurs d’aiguillage qui arrivent plus souvent qu’on ne le croit ! Prévoyez des petites étapes lorsqu’il y a du dénivelé et allongez-les lorsque c’est plat. Mais là encore, vacances à vélo ne rime pas avec cadence infernale. 60 km en prenant le temps de visiter, c’est déjà très bien ! Si vous voyagez en solitaire, vous être seul maître à bord !

Erreur d’aiguillage et pépins techniques sont à prendre en compte dans l’élaboration du parcours et la longueur des étapes

4 – Choix des hébergements

Certains opteront pour le camping, d’autres pour les chambres d’hôte ou alterneront entre divers modes d’hébergements. Là encore, c’est un choix personnel et il existe de très nombreuses propositions d’hébergements le long des vélos routes. Néanmoins, en été, pensez à réserver (ce qui crée une contrainte dans le planning mais vous assure de bien dormir) car certains itinéraires attirent du monde.

5- Quel vélo ?

Pour partir à la découverte des itinéraires aménagés de France, un bon VTC suffit largement. Le choix de l’électrique ou non dépendra du niveau et de la condition physique de chaque cycliste. Pour les personnes qui n’ont pas l’habitude de pédaler, un VAE permettra de s’affranchir des côtes et d’aller plus loin sans être épuisé en fin de journée. Ils seront utiles également si l’itinéraire envisagé présente un dénivelé important. Quoi qu’il en soit, VAE ou musculaire est un choix très personnel. Mais dans tous les cas, il est important de partir avec un vélo en bon état, bien entretenu ou révisé. Pour un vélo musculaire, on veillera à posséder au moins 21 vitesses pour passer presque partout. Un bon porte-bagages est recommandé pour pouvoir fixer une ou deux sacoches selon le type d’itinérance. Pouvoir fixer un porte bidon pour avoir de l’eau à portée de main est aussi une bonne option.

Quel que soit le vélo, il doit impérativement être en bon état de marche

6- Et avec des enfants ?

Si vous voyagez avec des enfants en bas âge, la remorque est la solution. Les itinéraires à vélo route et voie verte sont adaptés à ce type de véhicule. Pour les enfants de trois à sept ans, autonomes mais fatiguant vite, une barre de traction est idéale pour leur permettre d’alterner entre pédalage et repos.

La plupart des voies vertes sont adaptées au vélo avec remorque

7 – A mettre dans les sacoches

La quantité de matériel à emporter varie en fonction du type d’itinérance et de la durée. Néanmoins il y a des indispensables. On n’oubliera pas le kit de réparation avec du matériel pour les crevaisons (chambres à air, pompe…), un antivol pour les haltes, de la crème solaire utile même par temps couvert, des lunettes de soleil, un coupe-vent, une polaire pour le froid, quelques barres énergétiques, éventuellement de quoi manger à midi, une ou deux tenues pour le soir et une deuxième tenue vélo. N’oubliez pas également d’installer un support pour smartphone ou GPS sur votre guidon ! Après si vous optez pour le camping, il faudra emporter tente, matelas.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.